fbpx

Nous avons abordé la sensibilité de la vigne au changement climatique dans nos précédents articles et présenté différentes recherches de stratégies d’adaptation. Parmi celles-ci, le projet LACCAVE, porté par l’INRA, souligne l’importance des réseaux de recherche et de partage d’expérience, comme à travers la plateforme Agrisource. Or Landfiles propose précisément un module d’accompagnement à l’expérimentation participative.

Un observatoire de la vigne face au changement climatique

Landfiles permet ainsi de créer des observatoires des territoires, qui est une vision des parcelles des groupes de viticulteurs. Comment cela se présente-t-il concrètement ?

Le ou les groupes de viticulteurs se réunissent pour identifier les données stratégiques à observer dans leurs vignes, pour comprendre ce qui arrive et pouvoir rapidement réagir. Voici ci-après un exemple de liste de données définie pour un groupe de viticulteurs :

Les données météo

  • Les observations d’aléas climatiques à la parcelle (épisodes de grêle, gel, impact sécheresse)
  • Le relevé de présence d’irrigation sur la parcelle

 

Le Cycle phénologique et l’ITK

  • La date de débourrement
  • Date de véraison
  • Date de vendanges

Vigne

  • La nature du porte-greffe
  • Le cépage
  • L’état sanitaire de la vigne (Présence de mildiou, de maladie du bois, botrytis, oïdium, pourriture noire…)

Sol

  • La nature du sol
  • La vie du sol (Faible, Moyenne, Forte)
  • La gestion du couvert de l’inter-rang (un rang sur deux, tous les rangs, autre)
  • Des données spécifiques des couverts végétaux

Vin

En lien avec les caves coopératives, nous pourrons collecter les données suivantes, que nous pourrons mettre en relation avec les données issues des processus collaboratifs, grâce au lien parcelles – produit fini qui sera fourni par les caves coopératives.

  • Le rendement
  • La concentration en sucre
  • La catégorie de vin
  • Les arômes
  • La couleur
  • L’acidité du vin
  • La qualité du vin (Faible, Moyenne, Bonne)

 

Chaque viticulteur a ensuite accès à ce formulaire dans l’application Landfiles, lui permettant de rentrer ces données sur son téléphone directement lorsqu’il est au champ (avec ou sans connexion). Ainsi, la base de données du groupe est mise à jour en temps réel et est partagée avec tout le groupe. Le viticulteur observe, expérimente, pour lui, mais aussi pour tout le groupe. Régulièrement, les membres du groupe, avec leur conseiller technique, peuvent échanger et se réunir pour débattre des résultats obtenus et voir comment s’adapter au mieux, en modifiant les pratiques nécessaires et en affinant les relevés via de nouveaux formulaires terrains.

Landfiles permet donc dans un premier temps, d’élaborer des formulaires techniques précis et ergonomiques, adaptés à la demande du groupe, pour une collecte de données au champ facilitée, mais également d’en extraire une synthèse pour les présenter au groupe de façon claire, sous différentes formes : cartographies, données compilées, graphes ou même extractions Excel.

Landfiles permet donc d’aider à identifier les effets à court terme du changement climatique sur la vigne et de répondre à certains questionnements : comment réagissent les différents cépages, porte-greffes, aux modifications climatiques ? L’évolution est-elle la même dans chacun des terroirs du groupe ? Les cycles de maladies sont-ils modifiés ? De quelle manière ? Comment gérer ces situations ? La qualité du vin est-elle altérée ? Comment ?

Pour les résultats ? Rendez-vous avec vos groupes de viticulteurs sur Landfiles !

Et vous, avez-vous identifié d’autres données à collecter (à la fois faciles à récolter sur le terrain et éclairantes du point de vue de l’adaptation au changement climatique) ? Lesquelles ? Pourquoi ?

Un laboratoire de l’action collective pour atténuer les émissions et adapter la filière vigne et vin au changement climatique

Cette approche technique collective de l’adaptation au changement climatique est indispensable. La difficulté à anticiper les changements à venir et le caractère pérenne des vignobles encouragent à la concertation et au partage d’expérience entre vignerons pour minimiser la prise de risque.

Cependant la pérennité d’un vignoble dans son ensemble n’est pas qu’une affaire de technique agronomique : c’est une entreprise, intégrée à une filière structurée, dont la survie dépend aussi du contexte socio-économique. Au vu des défis qui attendent la filière face au changement climatique, c’est bien l’ensemble des acteurs de la filière qui doit collaborer pour dessiner les moyens de préserver les vignobles et leurs vignerons.

Aussi, de nombreux acteurs travaillent en ce sens : recherche publique, syndicats et appellations, associations, startups… chacun de ces maillons produit potentiellement une partie de la solution. De ce fait, la future plateforme Agrisource Vigne et Vin pour la mise en réseau d’acteurs et le partage d’information peut complémenter la richesse technique proposée par Landfiles. Sur Agrisource, l’objectif est de recenser ce qui se fait, pour mieux voir ce que l’on peut faire ensemble : quelles fiches techniques existent déjà sur un sujet particulier ? Quels projets ont déjà abordé une nouvelle technique ou organisation, et quels en ont été les enseignements ? Qu’est-ce que se fait dans d’autres pays européens et méditerranéens ? Quelle unité de recherche travaille sur cette thématique, ou quel vignoble pourrait assister un laboratoire dans ses recherches ?

Les passerelles à construire sont nombreuses, et le succès croissant des approches collaboratives sur le terrain le confirme. Les outils numériques doivent permettre rapidement de fluidifier cette mise en réseau des initiatives. En cherchant les voies de la complémentarité entre différentes plateformes aux objectifs communs, Landfiles et Agrisource ouvrent la voie à davantage de mutualisation des moyens, au plus proche de la demande des viticulteurs, conseillers, mais aussi des autres acteurs de la filière engagés face au changement climatique.


https://www.agrisource.org/